J’ai testé pour vous: Organiser un défilé de mode

Je suis fan de mode depuis petite (j’étais même pionnière de la tendance léopard durant mes plus jeunes années) et j’ai récemment découvert que c’était une voie qui m’était destinée. Voulant acquérir de l’expérience dans ce milieu pour lequel je n’ai fait aucunes études, j’ai décidé de faire un Service Civique dans la Boutique Solidaire APF de Valence en attendant de pouvoir postuler dans des écoles de mode.

APF voulant dire Association des Paralysés de France, je suis donc dans une mission sociale pour le bien et la cause du handicap aussi bien physique que mental.

2018.04.18.Nouveau_Logo_APF_France_handicap

Dans cette structure qui fonctionne grâce aux dons, je suis chargée d’événementiel et de communication entre autres. La mission principale pour laquelle j’ai été recrutée ? Organiser un défilé de mode à partir de vêtements de seconde main de la boutique. Autant vous dire que c’est vraiment la raison pour laquelle j’ai postulé, parce qu’organiser un défilé de mode, à 21 ans et sans aucunes études dans le domaine c’est clairement rarissime voire impossible. C’était l’occasion rêvée à saisir absolument.

L’autonomie était de mise pour ce projet car travaillant avec une responsable qui n’en faisait qu’à sa tête, j’étais donc obligée de me débrouiller pour un tas de tâches concernant la logistique et la communication. J’ai même réalisé le communiqué de presse en collaboration avec mon bien aimé Google (ce qui fut un succès d’ailleurs). Mais c’est aussi ce que j’ai aimé avec cette organisation, le fait de pouvoir prendre des initiatives et de donner mon avis ou d’apporter des conseils aux personnes autour de moi.

DSC_0633.jpgJ’ai été chargée de réaliser l’entière logistique de l’événement qui était donc en lien avec les femmes. L’une des parties les plus difficiles était de trouver des mannequins, car j’oubliais que la France est le pays où les femmes sont trop complexées pour oser. La confection des tenues pour les modèles était quant à elle la partie la plus compliquée (mais également la plus cool) car on ne sait jamais à quoi s’attendre quand on tri des dons de vêtements de seconde main. Je devais trouver des pièces canons et de qualité qui iraient aux dix femmes de tout âge, toute corpulence et toute couleur de peau qui défileraient. Une fois les tenues composées, chaque essayage était stressant. « La tenue va-t-elle lui aller ? Le rendu sera-t-il beau ? Sera-t-il comme je voulais ? Comme je l’espérais ? » Parfois oui, parfois non bien sûr. Mais chaque problème a trouvé sa solution.

Il fallait aussi trouver la salle gratuitement, choisir les musiques sur lesquelles les modèles défileraient, trouver un photographe et si possible un caméra-man, trouver des maquilleuses et coiffeuses bénévoles, prévoir un nombre suffisant de portants pour la boutique éphémère présente lors de l’événement et sélectionner les vêtements qui iraient dessus, estimer le prix de chaque vêtement mis en vente et l’étiqueter, créer une mailing list avec tous les médias, invités officiels et associations, faire le communiqué de presse, communiquer sur Facebook et faire des posts réguliers, démarcher les médias, organiser les essayages et les répétitions, participer au passage en direct à 7h du matin sur la radio France Bleu, créer et distribuer les flyers, organiser le déroulement du défilé.

Alors bien sûr, rien n’a été simple. Moment de crise quand une semaine avant le défilé, l’une de mes modèles m’a plantée sans me donner de raisons valables. Moment de culpabilité quand à J-1, j’avais oublié de communiquer l’heure des répétitions à quatre de mes modèles. Cette organisation était un stress permanent, prenant de la place dans ma tête jusque dans la nuit. Je suis une personne perfectionniste et je m’étais énormément investie dans ce projet pour lequel j’avais beaucoup de poids sur les épaules. Réaliser tout ça en un mois et demi, en travaillant seulement 24h par semaines, c’est titanesque.

DSC_0599.jpg

Mais j’ai participé à une fabuleuse aventure. Difficile mais géniale. J’ai adoré composer les tenues, adoré être une girlboss, adoré superviser et gérer pleins de choses, adoré être la femme de la situation, adoré être la référente, adoré sortir de ma zone de confort, adoré être dans la mode, adoré être le chef d’orchestre de ce chef d’œuvre. Je me sentais bien et à ma place.

J’ai appris, pleuré, ris, sauté de joie, souris, fait la gueule, je me suis questionnée et j’ai douté. Je me suis rendu compte au fur et à mesure de la mise en place du défilé que je savais où j’allais, et qu’il fallait accepter la critique constructive ou les conseils de personnes extérieures pour s’améliorer. Mais une organisation telle étant très importante, j’avais peur de ne pas réussir. Peur de ne pas y arriver. Peur que personne ne vienne. Vous voulez que je vous dise ? J’avais tout faux. Nous avons eu les félicitations du Maire, le public et les modèles étaient conquis, et mon entourage plus que ravi.

Je suis fière d’avoir pu mettre en place un tel événement et d’avoir réussis à surmonter cette pression. Grâce à cette expérience, j’ai compris que j’étais capable de réaliser de grandes choses, et que je devais prendre confiance en moi et en mes capacités. Depuis, je procrastine moins et suis également plus organisée. Je me suis également aperçue que les gens qui m’entouraient avaient une grande confiance en moi et étaient persuadés que je pouvais réussir.

Alors ayez confiance en vous. Ayez confiance en vos capacités et en vos compétences. Osez. Foncez. Allez de l’avant. Ecoutez-vous. N’abandonnez pas même si c’est si difficile de boucler un projet. Vous pouvez réussir si moi j’ai réussi. Bien sûr, je ne vous demande pas d’organiser des défilés. Je vous demande de mettre vos projets, vos envies et vos rêves sur les prochaines pages blanches de votre vie future. Sachez reconnaître les chances qui s’offrent à vous et saisissez les. Sortez de votre zone de confort et allez soulever des montagnes. Apprenez apprendre de vos échecs et à vous relever. Parce que se planter c’est normal dans une vie, c’est même essentiel pour apprendre. Mes échecs passés m’ont permis de vivre ma meilleure vie cette année, car le négatif apporte toujours du positif c’est prouvé. Ne vous laissez pas vivre, allez au bout de vos rêves et de vos projets, car l’impossible ne fait pas partie de notre vocabulaire de girlboss.

patrick-tomasso-354097-unsplash.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s